HISTORIQUE

Historique

2 acteurs principaux dominent le marché de la transmission en 12v (entre autres) dénommés les 2 Big S :

  • Shimano fondé en 1921, sort son premier dérailleur en 1956 basé sur le brevet du français Simplex,

  • SRAM (pour Scott, Ray and Sam) fondé en 1987 a racheté de nombreuses sociétés.


Depuis 1980, où est apparu le corps de roue libre Shimano HG (HyperGlide), le nombre de pignons des cassettes est passé successivement de 8 à 9 puis 10.

Vers 2012, la première cassette à 11 pignons a révolutionné les montages qui ont vu la disparition progressive des dérailleurs avant.

Enfin, en 2017 pour SRAM et 2019 pour Shimano, la cassette à 12 pignons est sortie pour définitivement enterrer les dérailleurs avant, même si certains jurent encore par le montage 2x10.

Les avantages du mono-plateau :

  • plus de dérailleur avant, donc moins de réglage

  • les croisements de chaine sur 2x10 et pire sur 3x9, sont supprimés et les rapports "interdits" n'existent plus,

  • le développement se règle uniquement avec la roue arrière (jusqu'à 1,73 tour de pédalier pour 1 tour de roue).

  • les possibilités de modification du développement sont même élargies.

Certains modèles de dérailleurs et cassettes acceptent un montage 2x12. Personnellement, je n'ai pas vu ce type de montage, mais il faut savoir que c'est possible.

L'étagement des cassettes à 12 pignons qui va de 10 à 52 dents, permet d'avoir un large éventail de solutions pour attaquer les plus belles montées.

L'inconvénient, c'est qu'il faut bien choisir son plateau dans la plage de 30 à 38 dents en fonction de votre terrain de jeu.

Bien entendu, il a fallu adapter les autres périphériques pour entrainer ces grosses cassettes et diriger la chaine.

Le corps de roue libre HG 8/9/10/11 n'était plus adapté pour insérer le pignon 10 dents, entre autres.

Pour corser le tout, les 2 marques principales (les Big-S), Shimano et SRAM se livrent une lutte féroce et chacun essaie d'imposer ses normes. Cela ne favorise pas l'utilisateur qui a du mal à passer d'un système à l'autre quand le matériel de première monte n'est plus suffisant, trop fragile ou quand on souhaite faire évoluer sa monture.

SRAM a donc imposé en 2012 son corps de roue libre XD qui permet de visser le bloc complet des pignons de la cassette.

Il reste encore la possibilité de faire du 12v en HG chez SRAM, mais avec une cassette 11-50.

Shimano, quelque temps plus tard en 2019 a sorti le corps de roue libre MicroSpline (système basé sur le même principe que le HG mais avec 23 cannelures et d'un diamètre inférieur).

Avec ces nouveaux standards, en 12v, passer d'un constructeur à l'autre est un vrai casse-tête.

Si le 12v présente des avantages, il a un inconvénient : il est impératif d'avoir un réglage parfait du dérailleur pour éviter d'entendre des bruits parasites et/ou d'avoir des sauts de chaine à l'effort.

En effet, le déplacement de la chaine est important, aussi bien en latéral qu'en vertical, et la moindre position anormale du dérailleur génère ces problèmes.

Par contre, quand tout est bien réglé, c'est un vrai régal !

Comparatif des développements

  • En 2×10 (avec cassette de 11-36 et plateau 22-36), on a des rapports de réductions allant de 0,61 à 3,27. C'est la plage de référence, polyvalente, qui convenait/convient dans la majorité des cas.

  • En 2×11 (cassette de 11-42 et plateau 24-34), les rapports vont de 0,57 à 3,1.

  • En 1×11 (avec la cassette SRAM 10-42), il faut un plateau de 26 dents pour avoir le 0,61 et un plateau de 32 pour avoir le 3,27 proposés par du 2×10.

  • Grâce au 1x12v, la cassette 10-50 permet une plage de 0,64 à 3,2 (500%) avec un simple plateau de 32 dents et avec la cassette 10-52, on a une plage de 0,62 à 3,2 (520%) !

La différence de ressenti entre 0,62 (1x12) et 0,61 (2x10) est imperceptible (environ 2cm de déplacement sur un tour de pédalier). Il faut, au minimum, une différence de 0,1 pour percevoir le manque d’une vitesse.