Moyeu

Généralités

Vous trouverez quelques éléments sur le choix d'un moyeu.

Qualité du moyeu

Il y a 2 types de moyeu :

  • Le meilleur sera le moyeu à roulements scellés qui ne nécessite pas d'entretien (juste un changement de roulements quand ils sont usés).

  • Le moyeu de type cône/cuvette qui doit être surveillé régulièrement pour contrôler le jeu latéral.

Si vous êtes en VTTAE, il faudra choisir un moyeu surdimensionné (ou adapté) pour encaisser les contraintes du moteur et le poids embarqué plus élevé qu'avec un VTT classique.

Fixation du disque

Vous devrez définir si vous utilisez un disque à fixation "6 trous" ou Centerlock. Il existe toutefois des bagues de conversion de Centerlock vers 6 trous.

Choix de l'axe

Pour choisir un moyeu, il est important de connaitre les entraxes des roues AV et AR de son vélo.

Petit historique sur l'axe des moyeux

Sans remonter à la préhistoire du VTT, les plus anciens ont connu les axes à serrage rapide (angl. Quick Release, abréviation : QR). Devant l'augmentation du débattement des suspensions, des tailles de roue, du nombre de pignons, ce type d'axe ne répondait plus aux exigences techniques nouvelles (tige du blocage = 5mm et axe de roue = 9mm pour AV et 10mm pour AR).

Ils ont donc été remplacés par les axes traversants (angl. Thru Axle, abréviation : TA), qui permettent une connexion plus rigide entre la roue et le cadre ou la fourche en raison de leur diamètre plus grand et de leur verrouillage. La plupart des axes que nous utilisons sur les vélos récents ne sont pas des axes traversant au sens strict, mais des axes à vis, car ils ont un filetage.

Comme il faut toujours les faire passer à travers le vélo pour les installer, il est normal que le terme se soit imposé. Certains axes traversants doivent être montés avec des outils ; d'autres ont un levier à vis, soit fixe, soit qui est à rabattre et fixé avec une légère tension.

Avec l'introduction des axes traversants, le nombre de variantes d'axes a toutefois fortement augmenté. Les dimensions des moyeux ont également beaucoup changé ces dernières années.

Pour garder une vue d'ensemble et savoir quels axes et moyeux combiner, voici un aperçu des dimensions courantes des moyeux et des axes sur les VTT :

  • pour la roue avant, ce sont les axes de 15mm de diamètre qui se sont imposés,

  • pour la roue arrière, ce sont ceux de 12mm.

  • Sur les vélos plus anciens avec un fort débattement de suspension, des axes de 20mm étaient parfois installés à l'avant. Aujourd'hui, deux diamètres d'axe dominent le marché, en Boost ou Non-Boost.

De nombreux moyeux de fabricants tels que DT Swiss, Hope,...peuvent être facilement convertis d'un système à serrage rapide en un système à axe traversant ou inversement à l'aide de différents capuchons d'axes.

A propos du Boost

Avec la dimension d'installation Boost, la largeur du moyeu est passée de 100 à 110mm sur la roue avant et de 142 à 148mm sur la roue arrière. Cette évolution est liée également à l'usage des roues de 29 pouces.

La distance entre les brides du moyeu augmente de ces 10 ou 6mm et la roue a ainsi plus de stabilité latérale.

Sur la roue arrière, cela affecte également la transmission qui se décale de 3mm vers l'extérieur. C'est pourquoi il faut aussi un plateau Boost avec un moyeu Boost. L'espace gagné permet une plus grande marge de manœuvre au point étroit entre le plateau, les bases et le pneu, rendant possible, par exemple, une plus grande garde au sol du cadre avec la même longueur de bases.

La norme de moyeu Superboost Plus pour la roue arrière va encore plus loin. La largeur d'installation est de 157mm, ce qui permet une distance de bride nettement plus grande et donc une roue arrière encore plus rigide. Superboost est pour le moment encore peu utilisé. Cette dimension permet de réaliser des bases courtes en combinaison avec des roues de 29 pouces.

Dossier de Glisse Alpine sur la norme Boost.

Les compatibilités

Il n'est pas possible de monter des roues Boost dans un cadre et une fourche d'une largeur d'installation de 142 ou 100mm, elles sont trop larges. Inversement, il est possible de convertir des roues Non-Boost en dimensions Boost à l'aide d'un adaptateur spécifique pour le moyeu, comme le Better Boost de chez MRP ou le Booster Adapter Kit de chez Problem Solvers.

Bien que ça n'apporte pas l'avantage de roues plus stables, cela permet de réutiliser des roues existantes. Comme il faut tenir compte non seulement de la largeur de montage, mais aussi de la position des disques de frein, cette conversion n'est recommandée qu'aux mécaniciens expérimentés.

Attention : certains fabricants excluent une conversion de leurs moyeux en Boost. DT Swiss, par, exemple, indique explicitement qu'une conversion du moyeu annulera la garantie.

Comment choisir son axe ?

Pour changer un axe, fixer le vélo dans un home trainer, l'alléger, y mettre de la couleur, il faut trouver le bon axe. Les dimensions sont souvent notées sur les axes traversants, ce qui facilite la recherche. Sinon :

  • il faut mesurer le diamètre de l'axe (la différence entre 15 et 12mm est facile à déterminer),

  • Il faut ensuite déterminer la largeur d'installation du moyeu correspondant.

    • Pour les axes de roue arrière, c'est souvent la longueur effective qui est spécifiée, qui est bien entendu, plus importante que la largeur d'installation. Mesurer pour cela la longueur de l'axe sans sa tête, c'est-à-dire à partir du collier qui se trouve à l'extérieur du cadre et derrière lequel vient le levier ou la tête Allen ou Torx.

    • Ensuite, et c'est plus délicat pour déterminer le pas du filetage. Il faut que l'axe corresponde à "l'écrou" du cadre ou de la fourche. (l'axe traversant est toujours inclus dans la livraison d'un cadre ou d'une fourche).

Pour les fourches à suspension, c'est facile à savoir en consultant les spécifications du fabricant, et en vérifiant s'il s'agit d'une fourche Boost ou Non-Boost.

Pour les axes de roue arrière et le pas du filetage, ce sera M12x1,0 (type X-12), M12x1,5 (type E-Thru) ou M12x1,75 (type Maxle) qui sont les dimensions les plus courantes (voir le gabarit imprimable dans le bouton ci-dessous).

Vous pourrez trouver des adaptateurs d'axe de Robert Axle Project, qui permettent toutes les combinaisons imaginables pour des remorques, par exemple.

Choix du nombre de rayons

Plus vous aurez de rayons, plus la roue sera robuste ; et inversement, moins il y en aura, plus la roue sera légère, mais fragile. Un montage classique compte 32 rayons.

Important : la jante et le moyeu doivent absolument comporter le même nombre de trous.

En principe, il faudrait une roue avec moins de rayons à l'AV qu'à l'AR (à cause du poids supporté).

Un vélo avec une roue avec 28 rayons à l'AV et une roue avec 36 rayons à l'AR sera plus performant qu'un vélo avec 2 roues à 32 rayons. Pourquoi ?

  • la roue avant est symétrique : le parapluie des rayons est le même des deux côtés, (NDT : exception faite de quelques modèles de roues munies d’un frein à disque),

  • la roue avant supporte moins de poids,

  • la roue avant n’est soumise à aucun effort de torsion, sauf s’il y a un frein à disque.

Si un vélo est muni du même nombre de rayons à l’avant et à l’arrière, cela signifie que la roue avant est trop robuste… ou que la roue arrière est trop faible !

Vous aurez à choisir un moyeu avec un nombre de rayons dépendant de votre pratique.

Choix du système de roue libre

Vous connaissez les 3 types de roues libres : Microspline (Shimano), XD (SRAM) ou HG+. Ces normes servent à définir la fixation de la cassette sur votre roue AR. C'est la partie externe du corps de roue libre.

Mais il faut savoir que chaque fabricant de moyeu a défini également la partie interne du corps de roue libre, celle qui permet d'entrainer (et de débrayer) le CRL, donc la cassette.

Vous aurez ainsi des CRL avec 2 types d'entrainement différents. Il y a des CRL à cliquets (2, 3, 4 , 6 cliquets) et des CRL avec ratchet. Ces éléments définiront l'engagement, c'est-à-dire l'angle à partir duquel vous allez entrainer votre cassette au moment du pédalage. Plus l'angle est faible et moins vous aurez de "retard" pour entrainer votre cassette. Et plus vous aurez de cliquets, plus vous réduirez cet angle.

Donc pour chaque norme de fixation de cassette, il existe un CRL différent d'un moyeu à l'autre. Par exemple, vous ne pourrez pas monter un CRL Microspline d'un moyeu DT Swiss à ratchet sur un moyeu Hope à cliquets et inversement. Si la fixation de la cassette est la même, l'entrainement est complètement différent.

Et pour le type de CRL de la cassette, vous n'aurez pas toutes les combinaisons possibles pour chaque fabricant. Par exemple, vous aurez du mal à trouver un CRL XD (SRAM) sur un moyeu Shimano et le CRL Microspline n'existe pas pour les moyeux Zipp !

Le système de cliquets (pawl)

Dans une roue libre à cliquets, le verrouillage sur une couronne crantée (intérieur du moyeu) est produit à l'aide de ressorts. Au moins deux cliquets montés sur ressort sont installés dans la roue libre dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Ils s'engagent lorsqu'on pédale et entraînent la roue. Dès que l'on arrête de pédaler, les cliquets ne bloquent plus et la roue tourne librement.

Il existe différents principes concernant le nombre de cliquets dont est dotée la roue libre où le nombre de cliquets qui s'engagent en même temps. Plus la trame de l'engagement du cliquet est fine (le nombre de points de contact), plus l'angle d'engagement ou de désengagement est petit. La course à vide du pédalier en est réduite, et la transmission de la force lorsqu'on se remet à pédaler est presque immédiate. Ce qui est particulièrement important pour les cyclistes de trial, de gravel et les vététistes. C'est moins décisif sur un vélo de route ou de triathlon, sur lequel on vise de toute façon une rotation constante des pédales. Dans ce cas, il est possible d'utiliser moins de cliquets, mais de plus grande taille, qui sont plus robustes et résistent mieux à la force de tes jambes.

Le système de ratchet

La roue libre à disque denté (également connu sous son nom en anglais "ratchet drive") est basée sur un brevet DT Swiss qui a expiré en 2019. Ce principe permet un entretien réduit et une grande solidité mécanique. Suite à l'expiration de ce brevet, de plus en plus de modèles "ratchet" sont apparus.

Ils fonctionnent via deux poulies dentées qui s'engrènent l'une dans l'autre lorsqu'on pédale. Contrairement aux roues libres à cliquets, les roues dentées engagent toujours toutes les dents simultanément. La surface de contact est alors très grande, ce qui rend les roues libres très résistantes, même lorsque les forces qui y agissent sont élevées. Cette construction ne permet cependant pas d'obtenir de petits angles de désengagement.

Les moyeux à ratchet les plus connus sont DT Swiss et Chris King.

Le type d'engagement par ce système :

  • 18T - Dents les plus profondes, engagement le plus lent, entretien minimal, adapté aux cyclistes puissants (angle de 20°),

  • 36T - Happy medium, double les points d'engagement (angle de 10°),

  • 54T - Engagement ultra-rapide, mais les dents peu profondes nécessitent un regraissage plus soigneux et l'essieu traversant doit être vérifié à chaque sortie (angle de 6,6°).

Ce système permet de transmettre plus de couple à la transmission.


3 articles très complets de Glisse Alpine :


En résumé :

Donc pour le choix d'un moyeu, vous devrez tenir compte :

  • De la taille de l'axe,

  • De l'entrainement, (nombre de cliquets ou ratchet),

  • Des CRL disponibles,

  • Du nombre de rayons pour la roue

Il est possible de convertir un moyeu DT Swiss avec un entrainement à cliquets en entrainement à ratchet (voir la vidéo ci-dessous).

Entrainement à cliquets

Entrainement à ratchet

Principe du ratchet